La journée de sensibilisation au trouble développemental du langage (TDL) qui se célèbre le 14 octobre 2022, m’amène à vous partager des outils et des informations précieuses dans le but d’aider mes collègues à continuer de desservir cette clientèle vulnérable.

En premier lieu, il est important de comprendre pourquoi cette clientèle est vulnérable.

En général, il y a des risques de sur-identification et de sous-identification des allophones, bilingues, ou plurilingues en orthophonie.

Pourquoi?

En grande majorité pour les enfants d’âge préscolaire, les mythes qui perdurent par rapport à leur développement langagier font souvent en sorte qu’ils soient sous-identifiés. On aurait encore tendance à recommander d’attendre avant d’intervenir car on dit qu’ils “apprennent plus lentement”ou “sont confus” en lien avec l’exposition à plus d’une langue. Par contre, nous savons que ces informations sont fausses, et ceci peut mener à une prise en charge tardive ou même pas du tout.

En sens contraire, les enfants d’âge scolaire ont tendance à être sur-identifiés en raison de difficultés qui peuvent transparaître sur le plan académique. Nous savons par contre, que le vocabulaire littéraire ou de tiers 2 (Beck et al, 2003), et les morphèmes grammaticaux peuvent prendre de 7 à 10 ans pour se développer. Ces habiletés sont liées au succès académique, et lorsqu’un élève présente des difficultés à l’école dans plusieurs des cas c’est souvent parce qu’il est toujours en acquisition des habiletés plus complexes de la langue de scolarisation, et non pas en raison de la présence d’un trouble pathologique de nature.

Ce qui est important de retenir comme information par rapport à tout enfant en acquisition de langue seconde :

  • Il n’est pas à l’abri de présenter un TDL tout comme l’enfant monolingue;
  • Il n’y a pas une plus grande incidence de TDL chez les allophones, bilingues ou plurilingues que chez les monolingues;
  • Un enfant avec un réel trouble neurodéveloppemental (TDL) présentera les difficultés dans les deux langues

Voici également des points de repères à retenir pour vous aider à départager le TDL d’un élève en acquisition de langue seconde.

Un enfant qui acquiert une langue seconde peut présenter les caractéristiques suivantes:

  • Difficulté d’attention-concentration;
  • Recours au gestes plutôt qu’au langage verbal;
  • Désorganisation et confusion;
  • Difficulté à suivre des consignes;
  • Besoin de répétition fréquentes;
  • Difficulté à employer un vocabulaire précis;
  • Longueur moyenne des énoncés trop courte.

Ces caractéristiques mènent souvent à la sur-identification.

y a-t-il des caractéristiques qui sont des drapeaux rouges ou des signaux d’alarme qui pourraient indiquer un réel trouble langagier?

En effet les caractéristiques suivantes, pourraient justifier d’investiguer plus loin, car elles ne sont pas typiquement attendues :

  • Histoire familiale de trouble du langage ou de trouble d’apprentissage;
  • Difficulté à acquérir le langage a une vitesse normale ou même avec assistance d’un adulte;
  • Difficultés de communication au sein familial;
  • Difficulté à interagir avec ses pairs de la même culture/origine;
  • Habiletés socio-pragmatiques inappropriés (ex: tour de rôle, théorie de l’esprit, communication non-verbale).

De règle générale bien sûr, notre travail d’orthophoniste nous demande toujours de nuancer les informations et d’utiliser notre jugement clinique.

Si tu as envie de voir si tes connaissances sont à jour en matière de bilan ou d’intervention auprès des enfants bilingues, je te propose de prendre mon QUIZ EN CLIQUANT ICI.

French

Rejoins notre belle communauté!

Tu recevras le mot de passe pour te connecter à la zone d'outils gratuits MPM ainsi que de l'information quant à nos prochaines formations et promotions.

Nouveauté dans la zone : une activité langagière. Viens la télécharger! 

Merci! Complète ton inscription dans ta boîte courriel. Vérifie tes SPAMS!

Share This